François II de Bourbon des Deux Siciles un vrai roi, un grand homme, un vrai chrétien, un grand saint.

par le révérend Massimo Cuofano

François II de Bourbon des Deux-Siciles François II de Bourbon des Deux-Siciles

Dans son prologue, l'évangéliste saint Jean dit que toute personne qui reçoit la lumière a le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Se félicitant de la lumière signifie avoir la foi en Jésus-Christ, la Lumière qui est venu pour éclairer les ténèbres. Et il est la foi en Jésus qui fait de nous des enfants de Dieu, et puis comme le dit l'apôtre Paul, héritiers de son Royaume. Dans cette dimension, je lis l'expérience terrestre de François II de Bourbon des Deux Siciles, le dernier roi de ce royaume, qui pendant des siècles a connu l'autonomie et la bonne gouvernance.

Bienheureuse Maria Cristina et le roi Ferdinand II Bienheureuse Maria Cristina et le roi Ferdinand II

Francesco d'Assisi Maria Leopoldo de Bourbon est né à Naples, le 16 Janvier 1836, le Grand Roi Ferdinand II et de la reine Maria Cristina de Savoie-Bourbon, invoqué par le peuple napolitain comme «Saint», béatifiés le 25 Janvier 2014, à Naples .

 

De son "napolitaine" il se sentait fier et heureux comme il sentait l'amour profond et d'affection pour sa terre et son peuple.
 
Il a été testé au début, quand seulement quelques jours après sa naissance, sa mère est morte à cause des séquelles de l'accouchement. La mémoire de cette femme belle et bonne, qui a toujours parlé de son père, est bien gravé dans son cœur et de l'esprit, et la réputation d'être le fils du "Holy Queen" accompagné tout au long de son existence.
 
De sa mémoire, il a appris l'humilité et la douceur, et comme un vrai chrétien pouvait toujours regarder au-delà des ténèbres, fondant sa vie sur la foi chrétienne, la morale et l'honnêteté de la pensée, conscience d'être appelé à servir son peuple.
 
Comme sa mère, et même son père, il était un dévot de la Vierge Marie, et certainement beaucoup de fois elle regardait dans ses yeux, lui demandant d'être sa mère et de l'accompagner dans son devoir envers le roi.


Son humain, culturel, spirituel, a été confiée aux jésuites et les piaristes, qui connaissait bien pour impressionner sur lui les vertus chrétiennes qui lui un grand roi. Mais il a manqué même pas une formation militaire et la bonne gouvernance, il a appris directement de son père. Il est très important anecdote à propos de Francis enfance, quand il accompagnait son père lors d'une visite aux soldats qui faisaient des exercices militaires. Tant que le roi Ferdinand le petit prince a mangé à la table de soldats ordinaires, ce qui est habituel pour le roi, et à la table était servie du pain rassis. Francesco, encore très faible, a fait un geste de dégoût et de rejet devant le pain. Son père, un homme d'une grande intelligence et de l'humanité, en regardant avec douceur et fermeté dit, «pourquoi ne vous mangez ce pain?". Il a répondu qu'il avait du pain, et il n'a pas aimé. Son père avec dignité et autorité a répondu: «Si vous mangez les soldats, qui sont meilleurs que nous, parce que nous ne devrions pas nous manger?". Le garçon a compris la leçon, ce qui a certainement rappeler pour toujours, et a mangé le pain avec brio, sachant que la vertu d'humilité et de simplicité, valent plus que toutes les valeurs du monde.

Juste cette prise de conscience va faire de lui le roi qui était, inquiétant depuis les premiers moments de son règne au bien-être de son peuple. Il a travaillé pour les pauvres, les hôpitaux construits et élargis, a fait la remise en état, organisé l'école du droit international et il a travaillé pour l'éducation de sa population, fait de nouveaux projets pour la diffusion des chemins de fer, et d'autres décrets pour l'amélioration de la industries et dell'economia.Egli avait devant lui une copie du modèle de la royauté, celle qui vient de l'Evangile, il se sentait, et il était en fait, "marié" de son peuple, qui aimait à la fin de sa vie, bien au-delà de la la perte du trône et la fin du Royaume.
 
En fait, il a régné pendant un court laps de temps, à cause des événements qui non seulement a chaviré le sort du royaume des Deux-Siciles, mais l'ensemble de l'Europe et de l'Eglise, qui aurait connu l'amertume d'une révolution, ce qui aurait semé dans la société la violence, les guerres , despotismes, le racisme et morte.Francesco II, avec une grande lucidité, a été en mesure de détourner le regard, et dénoncé clairement qu'il commettait le crime, conscient que la piraterie qui avait amené l'agitation et le désordre dans son royaume, n'était l'anticipation la violence et les injustices futures. Il avait bien vu que derrière tout ce mouvement révolutionnaire se cachaient des conceptions de maçonnerie qui saisissent aujourd'hui de ses membres, bientôt menacerait l'ensemble de l'Europe. Le fait que la violation des normes les plus élémentaires du droit international, qui maintenant nuisait son royaume, ouvrirait la voie à des régimes fondés sur la force, la corruption et la violence, plutôt que sur le consentement du popoli.Fu prophète qui avait regardé loin, ce qui compte du totalitarisme et de massacres, qui, dans le siècle prochain transformerait l'Europe et le monde dans un grand théâtre de la violence et des guerres, et ces nouvelles idées qui apporterait tant de mal à l'Eglise catholique elle-même.


Personne à ce moment-là semblait réaliser ce qu'il était. Peut-être que le Bienheureux Pape Pie IX a pris conscience de cette grave injustice, et a tenté d'intervenir pour aider le jeune roi, mais il s'est resté lettre morte. Maintenant, la grande Europe étaient pour la plus grande subjugué par la franc-maçonnerie, qui a rapidement fait sentir sa lourde main à d'autres empires et royaumes.

Finalement vécu cet événement, qui avait opposé de toutes ses forces pour l'amour de la vérité et de la justice, avec sérénité et de paix. Homme doux et simple, n'a jamais pensé à ses intérêts ou des ambitions personnelles, mais seulement le bien de son peuple. Certains choix, critiqué par certains, ne sont pas le résultat de craintes ou de scrupules, mais seulement pour ne pas avoir des souffrances à son peuple. Et quand les gens se sont opposés à la colonisation de son pays, il n'a pas manqué de le soutenir et le défendre. Mais avant de l'inégalité de la force et la souffrance de son peuple, l'exil préféré et de la pauvreté, mais jamais abdiqué son devoir de roi et Epoux de son peuple.
 
Même si elle avait été rendue pauvre par ceux qui avaient le mal injustement détrôné, il a toujours su vivre avec dignité dans son exil, et l'occasion ne manquait jamais de secourir son peuple réduit aussi dans la pauvreté. «Toutes les larmes de mes sujets tombent sur mon cœur ... Je suis le roi, et comme tel je dois la dernière goutte de mon sang et le dernier bouclier me reste à mon peuple". Et ce programme l'a réalisé à la fin. A l'occasion du tremblement de terre qui a frappé la ville de Tour, non loin de Naples, il par le cardinal de Naples, le vénérable Sisto Riario Sforza, ne parviennent aux personnes touchées sa caresse de son père, et son aide financière.
 
Et les gens du sud, condamnés de cette «fausse annexion au royaume d'Italie Savoy" être ou voleur ou immigrant, ne manquaient jamais d'adresser des paroles d'espoir et d'amour. Il était accompagné par la connaissance que les usurpations ne sont pas éternels, et que Dieu a finalement fait la justice. Et avec la passion et l'amour d'un vrai roi, qui avait épousé son peuple à travers épais et mince, même à distance, il a continué à prendre un intérêt de son peuple, en particulier en cas de besoin, et tout duo sicilien lui apparut Il a été accueilli avec affection, et ne quittera plus les mains vides.
Le roi François II à Arco di Trento (extrême gauche)


Les dernières années de sa vie ont été consacrées à Arco di Trento, toujours sobre et humble, serviable envers son peuple et envers quiconque. Jamais les mots de blâme ou le ressentiment de sa bouche, mais toujours des paroles de paix et d'encouragement. Loin de toute vanité, il ne se laisse vaincre par des illusions. A conservé le titre de duc de Castro, mais dans l'Arco le connaissait comme "M. Fabiani". Et avec sérénité et humilité, comme un gentleman, chaque matin, il allait à la messe puis assis à un bar pour le petit déjeuner et lire les journaux. Chaque soir, elle a dû se rendre à le rappel de l'église collégiale de prier le Saint Rosaire. Ses jours étaient accompagnés par la prière et la charité.

 

François II de Bourbon des Deux Siciles laisse l'histoire un nom, que l'iniquité et la calomnie ne peut oscurare.È était l'homme d'une grande profondeur, et comme en témoigne sa riche collection de lettres, son journal, et la mémoire de ceux qui sont Il était proche de la fin. Nous sommes vraiment devant la figure d'un vrai roi et un vrai chrétien, du point de vue moral, humain, spirituel, intellectuel, la peine maximale. Et comme elle est vécue, de la même façon: «Avec l'homme âme sereine droite, avec les yeux tournés extasié à la vision du ciel clair de sa naissance, est mort le roi vénéré, le dernier vrai roi".
 
Ceci est la force de la grande, étant de vrais chrétiens et des saints, sachant comment rencontrer Dieu dans la droiture de l'âme et de sérénité, après avoir vécu avec dignité et honneur, la générosité et l'amour, riche en miséricorde.
 
Ce fut François II de Bourbon des Deux Siciles, un vrai roi, un grand homme, un vrai napolitain, un grand saint.